LE DEUX, LA SOURCE

De l’un a l’autre, il n’y a qu’un pas


Elle luit dans l’îlot d’ombre de ses bras d’homme

Etreint, il se repose dans son antre féminin


Entre ombre et lumière, la respiration s’offre en voyage


De roche et de bois

De mousse et de rosée


Il suffit que deux natures dansent

Pour que l’Amour, aux multiples formes se révèle