Parcours 1998-2021

1998, je commence à me former en sophrologie, relaxation,  psychologie. A travers mes expériences personnelles de la psychanalyse (Freud, Lacan) et de la thérapie psycho-corporelle (Vittoz, Reich, Lowen), je découvre la foisonnante complexité de la vie intérieure d'un individu. Il devient clair pour moi qu'accompagner, c'est accueillir l'être dans sa globalité CORPORELLE, EMOTIONNELLE, PSYCHIQUE. Il s'agit de favoriser le dialogue avec sa vie intérieure et le LIEN QU'IL ENTRETIENT AVEC LUI MÊME.

P1020365.jpeg

2004, j'expérimente la psychothérapie de groupe (M. Romanens de l'institut Charles Baudouin), puis je découvre l'inconscient collectif (Jung), l'appareil psychique groupal (Kaes), et, plus tard l'intelligence collective (Université du Nous) et la dynamique de groupe. Je découvre comment le groupe peut être soutenant ou angoissant pour l'individu. Je suis aussi interpellée par la manière dont un individu prend appui dans la relation à l'autre pour construire son identité et sa structure psychique (Bion, Winnicott, Searles) et je perçois combien la communauté humaine, la société influe sur cette construction et sur la santé psychique (Melman). Ici se confirme que l'accompagnement d'un individu doit tenir compte de sa manière d'ETRE EN LIEN AVEC LES AUTRES.

2009, j'expérimente dans ma vie sans le savoir la spirale du travail qui relie (J Macy) en co-fondant l'AMAP Amaplace sur la Terre qui fête bientôt ses 12 ans et en écrivant mon premier roman "Joyeuse Pandémie" (édité en 2017, puis en 2020). Je découvre que les émotions difficiles, la colère, l'angoisse peuvent être rencontrées, accueillies et transformées en actions utiles.

 2014, je rencontre l'écopsychologie à travers le travail de M. Romanens et P Guerin (cf leur livre : "Pour une écologie intérieure"),  qui m'aide à répondre à la question que je me pose depuis longtemps : comment est il possible que les humains détruisent la planète dont leur survie dépend ? Je crée les ateliers "Chemins de Traverse" qui ont pour but de relier la prise de conscience individuelle et la mise en action écologique au quotidien. En travaillant avec un groupe de chercheurs dans ce domaine, je comprend comment la manière dont on est en RELATION AVEC LA NATURE reflète notre relation à nous même et aux autres. La nature prend peu à peu sa place dans le cadre des accompagnements. (voir : Yann Desbrosses, avec l'écopsychothérapie ou Ilse Geusens qui allie psychothérapie et chamanisme par exemple)

2019, l'écopsychologie me mène tout droit vers l'étude des PEUPLES RACINES  qui sont les derniers humains à continuer de vivre naturellement ce triple lien (à soi, aux autres, à la nature) au quotidien. Par leur vision du monde, ils pointent les incohérences de notre mode de vie, source de tant de souffrances et de destruction de la vie. Ils offrent des repères précieux pour nous aider à retrouver notre chemin ... vers le vivant ! (cf : Sabine Rabourdin, Frederika Van Hingen)

2021, ma pratique s'affirme dans cette intention de prendre soin de ce triple lien à travers de multiples propositions allant de la psychothérapie à médiation corporelle en cabinet, aux séances en pleine nature, ateliers de pédagogie thérapeutique, en passant par les ateliers d'écriture, la poésie et les rencontres intergénérationnelles autour d'un conte éco-philosophique, "Benji d'Occident". Et prochainement  ... des ateliers en forêt pour toutes les générations !

Charlotte Schwartz

Praticienne en psychothérapie
Ecopsychologie

Approche psycho-corporelle

en cabinet et au contact de la nature pour adultes, adolescents, enfants.